21 septembre 2008

Le miroir de Miro - Miro's miror




Prise le 20 septembre à 8H30 à Saint-Sulpice-Laurière

Un étang est toujours plein de surprises. Tandis que mes voisins pêchaient la carpe, j'ai férré du bout de l'objectif ces shadocks un peu brouillons se préparant à atterrir sur leur nouvelle planète. Hallucination ou syndrome de la reprise du travail ?

17 commentaires:

Laura a dit…

What a beautiful shot! Well captured. The colour gradient from blue to white is also very nice.

Jean a dit…

J'aime les jeux de miroir. J'en ai fait plusieurs avec les lanternes chinoises au pavillon chinois du Jardin Botanique. Je termine de trier mes photos et je te montre ça.

Ton jeu à toi est tellement incroyable ! plus aucune démarcation entre e ciel et l'eau. Plus de bas, plus de haut ! Mais comme tremblent un peu les tiges du dessus, je me demande si tu n'a pas inversé la photo... ^^

Stève a dit…

Whaou! Tout simplement superbe, bravo.

Peter a dit…

Really fantastic pic and you are so right to refer to Miro! Espeically the middle / right part of the pic could be one of his paintings - of course all in colour!

hpy a dit…

Très aérien. Ca me plait beaucoup. Vraiment beaucoup. Je l'accrocherais bien au mur (si j'avais de la place).

Nathalie a dit…

Bien vu, Jean. Je pense que tu as raison. Maxime a joué double jeu de deux façons différentes. Excellent !

J'aime que tu nous sortes des brumes de temps en temps pour rejoindre des eaux limpides ! Ca change !

Bon anniversaire à Agathe la mignonne échevelée. Ce brouillon de cheveux me fait penser à ma fille au même âge.

Therese a dit…

Extra!

kari a dit…

beautiful. the water is as smooth as glass!

Jean a dit…

Il y a une autre indication : la couleur Ce sont les plantes du bas qui prennent la lumière, qui sont les plus claires, les plus colorée. Ce sont elles qui sont au "soleil".

DdM a dit…

Si c'est une hallucination, ne te fais surtout pas soigner, c'est superbe ! J'adore :)

Nathalie a dit…

"Un bâtiment est plus qu'une habitation... il a une influence sur les émotions humaines."

Je trouve personnellement cette formulation maladroite et d'une fausse profondeur.
Un bâtiment n'est pas forcément une habitation. Ce peut être un bureau, un entrepot, une grange, une boutique... Mauvais choix de mots. Pour moi, cette phrase est une imposture. Je sens là quelqu'un qui se gargarise de phrases faciles qui effectivement prennent une force particulière d'être écrites en grand sur un mur magnifique.

Je préfère mille fois ce que tu dis, Maxime, sur le rôle de l'architecte et sur l'interaction entre la maison et ses habitants...

L'histoire de l'escalier est merveilleuse.

Cergie a dit…

Tu n’es vraiment pas copain avec l’orthographe. "Férré" ! Ca s’écrit "ferré" : il y a deux airs !
Par contre, "miro" on peut l'écrire aussi "miraud". En tout cas Jean l’est pas lui, miraud : il voit tes photos bien, bien
Avec le cœur.

Tu sais comme je suis perspicace, je savais bien qu’il y aurait du Mirror Lake après tes vacances, et tu es fort, comme toujours : sur la même photo le lake et la meadow !

En ce qui concerne les carpes, tu n’as pas eu le nom du poisson gras de là bas qui a la chair gluante comme les cèpes (berk) ?

Et quid des pêcheurs ? Etait ce un concours avec buvette ?
Dans le Morvan, dans ces occasions, toute la journée on boit du murmûre (je te garantis pas l’orthographe) ; c’est du rouge avec de la liqueur de mûre. Et pis lorsqu’on a pêché une carpe on la pèse avec délicatesse comme un bébé. Puis on la remet à l’eau et avant de la laisser aller soigner son trauma au fond du lake, on la caresse longuement.

Tu as fait pareil avec ton objectif, tu as puisé l’herbe et le reflet et la surface et la lumière, puis tu les as laissé sur place pour les retrouver la prochaine fois que tu iras. Ils seront encore plus beaux l’année prochaine c’est sûr.

A plus tard, Maxime...

joseph a dit…

géniale cette calligraphie!

Jean a dit…

Maxime, tu parles où de l'interaction entre la maison et les habitants et c'est quoi cette histoire d'escalier qui est si belle ? J'aime les belles histoires, je veux la lire ou l'entendre ! :D
A propos d'histoire, ce livre magnifique auquel je me référais il y a deux posts de cela et qui évoque le Roi Corbeau, c'est "Jonathan Strange & Mr Norrell". Un livre qui me hante, comme l'énorme bibliothèque que j'ai laissé pour l'instant derrière moi, en France et qui, m'a-t-on annoncé risque de subir l'impact d'une mauvaise humidité dans le garage où reposent tous mes cartons (aaaaaargh, mes livres, mes BD).
Enfin, comme tu parles dans ton commentaire de ces terribles créatures, concernant cette photo, laisse-moi te dire que GA-BU-ZO-MEUH !! (si-si, je vous assure ! :D)

Dominique a dit…

Superbe composition abstraite, j'ai eu un vrai choc en la découvrant. Personnellement, j'aurais encore préféré sans le reflet en bas à gauche pour accentuer l'effet pictural. Mais bon, c'est très subjectif et je suis, une fois de plus, très admiratif.

Maxime a dit…

Tu as raison, Lucie, j'ai toujours eu une orthographe un peu allez à Toire; je me suis soigné, mais, de temps en temps, j'ai des rechutes...
Sinon je suppose que tu veux parler du poisson-dont-on-a-oublié-le-nom. Il y en a plein dans l'étang, mais personne ne les a encore vus !
Et je sais comment faire cuire la carpe pour qu'elle ne soit pas grasse : une plaque de fonte sur le feu de bois, et l'on y pose le poisson coupé en darnes; et aussi pour que les cèpes ne soient pas gluants : on enlève toute la barbe un peu vieille, et on fait cuire, d'abord à feu doux en enlevant l'eau au fur et à mesure, puis à feu très vif pour les saisir et les dorer en petit morceaux bien fermes.
Enfin, dans ma vie (d'adolescent), j'ai pris trop peu de poissons (je dois pouvoir les compter sur les doigts d'une main), pour me payer le luxe de les remettre à l'eau. C'est réservé aux vrais pêcheurs. De même, les vrais chasseurs, lorsqu'ils tirent un pigeon, ils le font ramener par leur chien, et aussitôt le rejettent en l'air, pour qu'il soigne son trauma dans les nuages. (je fais le rapprochement, parce que peu après avoir pris la photo, j'ai croisé un vt-tiste, qui au vu de mon appareil m'a lancé "ça, c'est de la bonne chasse". Pour ma part je reste fidèle à ce fragment de sagesse zen qui dit que l'on peut tuer un animal pour se nourrir, mais que si,ensuite, il est mal cuisiné, cet animal est mort pour rien. A savoir que si l'homme doit être un animal carnassier, au moins qu'il honore sa proie.
Merci, Jean, pour me remettre en mémoire le titre de ce gros pavé noir de tranche, que je vois encore sur le coin de mon bureau, et qui semble en avoir disparu mystérieusement voici quelques mois. Je pense orienter prioritairement mon enquête vers les bibliothèques de mes fils. Pour le reste, la discussion sur les habitations se trouve sur le blog de Nathalie... Enfin, bien sur, la photo est retournée (je trouvais le dégradé plus élégant dans ce sens). Tu as gagné une truffe de la part de Sherlock, à partager avec Nathalie !
Merci à tous les autres pour votre visites et vos commentaires !

F a dit…

....Je suis sans voix tellement c'est beau!

Livres disponibles :
Paysages Limousins | Matière à réflexion | Lieux communs | Domaines publics

Contact : gaillard.maxime@gmail.com