24 juin 2007

Un monde étrange (Strange world)




Prise le 6 juin à 7H45

Il est des matins où même les paysages familiers semblent rêver d'un autre monde. C'est le moment de la journée que je préfère; Quand le soleil glisse un timide rayon sous la brume, comme s'il soulevait délicatement le drap où sommeille la campagne avant de se glisser dans son lit. Mais ce jour là le rêve qu'ils partagèrent était vraiment étrange.

On some early mornings, even the most familiar landscapes seem to be dreaming of an alien world. That's the time of the day I love the best; When the sun casts a shy ray underneath the mist, like he would gently lift the blanket where the countryside lies asleep, before he slips into her bed. But on that day, the dream they shared was very strange.

9 commentaires:

delphinium a dit…

Très poétique. Je m'attends presque à voir un esprit des bois surgir de la brume...

Jean a dit…

Poétique, mais un peu morbide ; on dirait presque un champs de bataille après un combat. Cela m'évoque presque la guerre des tranchées! En noir et blanc, l'effet est encore plus terrible !

Nathalie a dit…

Oui, le noir et blanc est absolument saisissant. Je n'aurais pas dit morbide mais étrange oui, très fort.

Nathalie a dit…

PS - merci de tes passages à Sydney ! J'apprécie toujours beaucoup tes commentaires !

Cergie a dit…

Je rejoins tout à fait Jean.
Cela ne m’étonne pas que tu aies eu cette impression bizarre, tu as noté la date à laquelle tu as pris cette photo, n’est ce pas ?
Le 6 juin. La date anniversaire du D Day, de la prise d’assaut du mur de l’atlantique.
Tu as senti se lever l’Armée des Ombres...

(Lorsque nous avons été avec les enfants au maquis Bernard d’Ouroux-en-Morvan qui est un maquis très difficile d’accès, du moins l’était-ce à l’époque, il y avait une ambiance spéciale. On sentait très nettement qu’il s’y était passé des événements dramatiques. De même lorsque Patrick m’entraînait vers les années 75 voir les forts de la ligne Maginot. Depuis, ces forts, je trouve, se sont apaisés. Sand doute parce que des vivants, des passionnés, des bénévoles, leur rendent hommage et les font revivre)

Peter a dit…

Je ne sais pas quoi dire! Magnifique - texte et photo!

Ronald a dit…

Indeed an alienated country...
Looks like there has been a bushfire?
Your prozaic words are beautifull, shure you are not a poet??

joseph a dit…

des arbres qui s'enlacent au petit matin et un fier solitaire , tel un avant gardiste ! avec juste ce qu'il faut de lumière pour se rendre compte que l'herbe n'est pas verte qu'ailleurs !

Maxime a dit…

Delphinium : à cette heure ci, ils rentrent plutôt sous le couvert des bois, mais avec un peu de chance, j'aurais pu en apercevoir un...

Jean : j'aurais pu titrer "le rescapé". On voit bien que cet arbre a poussé serré au milieu d'autres; il est probable qu'après la tempête de 1999, les chablis ont été enlevés à cet endroit, et le terrain reconverti en pré. Seul a été conservé un rescapé, miraculeusement épargné par la chute des autres.

Nathalie : Je suis toujours fidèle à Sidney; et oui, c'est une photo qui rend bien en noir et blanc - peut-être plus étrange encore...

Cergie : Je t'ai répondu en partie dans le commentaire de Jean... Je n'avais pas noté la date, mais ton commentaire est très pertinent : un rescapé entrainant derrière lui l'armée des ombres...

Peter : Pas la peine d'en dire plus, merci de ta visite !

Ronald : I'm Shakespeare grandson, didnt you noticed ? So, this is not the result of a bushfire, but of the storm of december 99. Part of the ruined forest has been cleaned and converted to a meadow : only one tree survived from the violent wind and the fall of it's neighbours.

Joseph : Ou bien, comme dit Cergie, un éclaireur en avant de l'armée des ombres...

Livres disponibles :
Paysages Limousins | Matière à réflexion | Lieux communs | Domaines publics

Contact : gaillard.maxime@gmail.com