28 mai 2008

minimalisme - minimalism




Prise le 18 mai à 9H vers le Châtenet en Dognon
Curieux, de retrouver ses planches photos après quelques jours d'absence. Comme ce paysage qui ne figurait pas dans ma sélection et que je re-découvre. Il n'y a rien à voir, sinon une terre, un pré et la ligne des arbres avec beaucoup de ciel au dessus. Mais, de retour chez moi, c'est exactement ce que j'ai envie de voir, et surtout, rien de plus.

Quite a strange feeling, coming back home, and looking at recent shots after a short travel away. Like this lanscape I would'nt have selected and which I find now. Nothing to show, but a field, a meadow and a line of trees with a lot of sky above. But, as I come back home, this is exactly what I want to see, and nothing more.

15 commentaires:

Vincent a dit…

Les proportions et les lignes sont pures. Les couleurs pleines. J'aime beaucoup :-) J'ai l'impression de déjà être dans le TGV en route pour le sud ouest...

Dominique a dit…

L’apparente simplicité, l’équilibre et la composition harmonieuse donnent beaucoup de force à cette magnifique photo. Décidément, j’aime beaucoup ce que tu fais.

Catherine a dit…

une photo qui te rend heureux donc : c'est finalement ce que nous recherchons tous. C'est ton jardin zen à toi.

Anonyme a dit…

L'ouverture céleste est magnifique. L'arbre semble prêt à s'envoler...

Claire (Delhomme)

Matoo a dit…

Tes photos sont toujours aussi belles, et tellement pleines d'émotions. Fantastique. Merci !

hpy a dit…

Selon notre humeur, les photos nous racontent des histoires différentes. C'est normal, car ce n'est pas la photo qui parle, mais nous qui l'interprétons. Je prendrais bien celle-ci pour la traficoter un peu. Mais rassure-toi, je ne vais pas te la voler.

Therese a dit…

Comme des strates... Un repos complet dans l'attente.

Nathalie a dit…

Je vais être méchante : on dirait une pub pour une compagnie d'assurances - ça doit être ce côté lisse, sans aspérité. Les difficultés de la vie ont été gommées, la nature complètement contrôlée, le ciel bleu juste habillé de nuages gentillets. C'est peut-être ce qu'il te fallait.


Je vais être gentille : j'ai été éblouie par cette photo quand elle s'est ouverte. J'ai trouvé extraordinaire de faire autant d'effet avec aussi peu de matière. Tu as bien fait de la remettre dans ta sélection, celle-là. Comme quoi l'oeil neuf du Candide qui revient de voyage a du bon.

:-)

Jo a dit…

Elle me plait beaucoup, cette photo; belle harmonie!

Peter a dit…

Comme c'est "propre" et net! Presque trop parfait!

Jean a dit…

c'est surtout très figé ; à part peut-être les arbres qui font penser à un troupeau d'animaux sauvages jouissant de leur liberté ; certainement parce qu'aucune construction humaine n'apparaît.
C'est plein d'espace et de liberté, cette image.
Seule la partie du bas me déplait : présentée ainsi, on dirait les strates du sol et c'est assez désagréable. Certainement parce que le monde souterrain et les espaces dénudés sont associés au morbide.
En fait, si on sait pas qu'il s'agit de terre labourée, on peut y voir un travail mystique : le monde du dessous, le monde des hommes et le monde céleste...

Cergie a dit…

Toute cette belle terre sombre lourde pleine de vers !
Ca me déprime qu’il n’y ait pas de place pour des taupes dans ce bel ordonnancement.

Maxime a dit…

Eh, non, il n'y a pas de taupes et c'est tout à fait normal, car elles ont organisé une rave party dans mon jardin !

Jean a dit…

Ces taupes ! Quelles bout-en-train ! :D

Graeme a dit…

It's a fine landscape to come home to Maxime. I love to travel away, it opens my eyes to new things, unfamiliar things.....I love to come home more than than I do travel but without the one the other would not exist.

Livres disponibles :
Paysages Limousins | Matière à réflexion | Lieux communs | Domaines publics

Contact : gaillard.maxime@gmail.com