06 octobre 2008

point de vue - point of view




Prise le 5 octobre à 9H30 vers Ambazac

Symbole de la modernité et du désenclavement des campagnes dans les années 60, un abri-bus, moche édicule en béton posé en bord de route au milieu de nulle part. Moche, mais assez étrange... d'un certain point de vue.

15 commentaires:

Jean a dit…

Vue d'un bout de forêt à travers les deux fenêtre d'une caravane ou d'un camion ?

kari a dit…

I love the contrasts in textures and colors. Lovely photo.

Dominique a dit…

J'adore.

haude a dit…

ce n'est plus du béton dans la nature, mais de la nature à travers le béton. Bien vu, joli coup d'oeil!
@ bientôt

Anonyme a dit…

Les fougères, qui comptent environ 13 000 espèces, existent depuis environ 400 millions d'années. Le cerveau humain est tel quel depuis environ 100 000 ans... Belle photo qui ouvre l'esprit sur la nature.

cd

Anonyme a dit…

Les fougères, qui comptent environ 13 000 espèces, existent depuis environ 400 millions d'années. Le cerveau humain est tel quel depuis environ 100 000 ans... Belle photo qui ouvre l'esprit sur la nature.

cd

Therese a dit…

Très surprenant en effet, matière/béton à réflection. Très belle photo.

Alline a dit…

Surprenante... et tellement belle cette photo....

Nathalie a dit…

Moins romantique que les brumes matinales dans les vallons et sur les rivières auxquelles tu nous as habitués, mais on y retrouve bien ta sensibilité. Le cadrage fait vraiment tout, et la poussée des contrastes.

Immonde édicule en effet, j'ai du mal à en démordre.

F a dit…

Image surprenante...Mais vraiment très réussie!!! Un morceaux de nature au milieu du béton...Ça laisse pensif!

hpy a dit…

Les plantes sont fortes pour pousser au milieu du béton.

Lucie a dit…

La confusion encore une fois, des sens au service d’un message. Cette fois ci tu ne sépares pas les plans, tu les confonds au contraire : extérieur-intérieur-extérieur.
On the silver screen découper à l’emporte pièce un coloured hole ?

Souviens toi, tu avais annoncé la couleur sur Cergipontin...
Maxime a dit :
Au fond, je crois que j'aime bien les pylônes. Et les couleurs fortes sous un ciel gris.
15/7/08 19:15


Et ce n’est pas la première fois que tu adoptes ce procédé de la désaturation partielle. Tu l’avais utilisé

D’un peu de couleur traduire la totale mutation du paysage, annoncer au monde que le bel automne est revenu...

freDeric a dit…

par la petite lucarne, on passe de la matiere au végétal...

DdM a dit…

Génial, ça me rappelle ma jeunesse, les matins où j'attendais le car dans le-dit abris-bus, bunker taggué à l'intérieur, fenêtre ouverte sur la campagne environnante.
Ton point de vue est très bien choisi, et le résultat est superbe !

DdM a dit…

Je rectifie et ajoute : pas sûre que l'abri-bus datait des années 60... Ou alors la Dordogne était vachement en retard, mais moi j'y ai eu droit dans les années 90 !!

Livres disponibles :
Paysages Limousins | Matière à réflexion | Lieux communs | Domaines publics

Contact : gaillard.maxime@gmail.com